broker option binaire
   

Broker sur options

broker 24option
24 options
 

Divers

Finchmarkets
Monatrade
Mario Draghi
Validite formulaire esta
 

 

 



Mario Dragui peut-il dévaluer l'euro ?

En marge d’une rencontre à Washington, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) depuis le 1er novembre 2011, s’exprimait en ces termes : « J'ai toujours dit que le taux de change n'est pas un objectif (en soi), mais qu'il est important pour la stabilité des prix et la croissance. » il ajoute ensuite que : « Si nous voulons que la politique monétaire reste aussi accommodante qu'elle l'est aujourd'hui, une poursuite de l'appréciation du taux de change (de l'euro) pourrait nécessiter une action monétaire ».

Tenant ses propos aux mots, on peut sans nul doute affirmer que l’idée d’une dévaluation de l’euro n’est absente de la tête du patron de la BCE. A lire ici.
   

Une possible dévaluation de l’euro par la BCE 

Que ceux-là qui s’attendent à une dévaluation de l’euro par Mario Draghi se le tiennent pour dit, une telle hypothèse est peu envisageable. C’est du moins ce qui semble ressortir de la logique de la BCE. En effet, le 4 juillet dernier, la BCE a encore marqué sa volonté de maintenir les taux directeurs européens à leur niveau actuel. Ces taux directeurs sont d’ailleurs déjà très bas.

Du fait de cette déclaration, il est clair que les investissements en euros seront peu rémunérés pendant longtemps. Mieux encore certains pensent à une éventuelle dévaluation de l’euro. Une telle position de la BCE coïncide avec une mouvance en sens inverse de la Réserve fédérale américaine qui est plutôt favorable à une pression haussière sur le dollar.   

 

Quand la BCE et la réserve fédérale prennent des chemins différents  

Au moment où l’on épilogue sur une éventuelle baisse de la valeur de l’euro par Mario Draghi, la Réserve fédérale américaine quant à elle opte pour une solution contraire.

En effet, la tendance baissière de la BCE intervient au moment même où la Réserve fédérale américaine prépare un resserrement monétaire de facto en engageant une sortie de la politique d'usage massif de la planche à billets. Autrement dit, au moment où la Fed établit une pression haussière sur le dollar, la BCE impose une pression baissière sur l'euro. Mais tout compte fait, que cherche Mario Draghi en voulant éviter une réévaluation de l’euro ?

 

Pourquoi Mario Draghi lutte-t-il contre l’euro fort ?

Ce n’est pas fortuit si Mario Draghi s’appose si farouchement à l’euro cher. En effet, la BCE en essayant de stabiliser l’euro cherche à favoriser une sortie de crise qui dure depuis quelque quatre ans.  

Par ailleurs, selon la BCE l’euro cher est, non seulement un handicap pour la reprise, mais aussi un facteur qui rend très probable un risque de déflation. C’est du moins ce qu’on peut retenir des propos du président de la BCE qui admet que l'euro cher pénalise la reprise et accroît les risques de déflation.

Tous ces arguments avancés ci-dessous laissent penser que la dévaluation de l’euro par Mario Draghi ne serait pas une très grande surprise. En tout cas, ceux qui savent bien faire une lecture de l’économie de la zone euro ne diront pas le contraire.